Queyras – Hautes-Alpes 05


  • 1150D+
  • 13,5km
  • Au départ de la bergerie de Lombard
  • Points d’eau sur le parcours
  • Troupeaux et chiens de protection
  • Niveau : moyen

Comment s’y rendre ?


7 octobre 2021. Nous traversons le petit village d’Aiguilles pour se glisser dans une toute petite rue donnant sur une longue – très longue – voie carrossable permettant d’accéder au parking situé sous la bergerie de Lombard. La route passe pour tout véhicule mais en roulant très doucement avec des nids de poules plutôt importants parsemés sur le chemin.

Une fois arrivés à bon port – ou à la bonne bergerie -, nous nous dirigeons sur cette dernière par la route, passant outre le panneau interdit – bah oui, on est comme ça nous ! -. Au niveau du bâtiment, un sentier à gauche monte dans la plaine.

A ce niveau, nous serons abordés par des chiens de protection courant à notre rencontre alors même que les moutons sont à des centaines de mètres de l’endroit où nous nous trouvons : gueulards, presque pinceurs, en haussant le ton contrairement à d’habitude où nous gagatisons, nous avons rétabli le calme en gardant le nôtre justement.

Entre forêt et champs, nous évoluons rapidement dans une sente parfois raide parfois douce jusqu’à des panneaux d’indications nous orientant sur les lacs Malrifc’est notre première étape pour l’un d’eux -.

Hop là, nous passons d’un vallon à l’autre sans même nous en rendre compte et voyons au loin une petite cascade qui nous indique qu’on ne doit pas être bien loin de notre objectif.

Le lac du Grand Laus, enclavé sous le col du petit Malrif, porte bien son nom : il est si vaste, ce genre de petite surprise insoupçonnable qu’on aime tant ! Le voir de l’autre côté est encore plus intéressant pour sa couleur turquoise sur les bords et c’est d’ailleurs par là que nous nous orientons pour la suite !

On longe le lac par la droite pour aller en face s’orienter sur le col du Petit Malrif. Un mur se dresse devant nous qui comme d’habitude est bien plus impressionnant vu d’en bas qu’une fois dedans ! Nous arrivons rapidement au sommet et avons une vue dégagée sur l’autre vallée, les fonts de Cervières.

De là, il suffit de s’orienter à droite – si on regarde dans le sens de la montée qu’on vient de se coltiner – sur la ligne de crête bien large, puis on bascule légèrement sur le flanc gauche dans de l’ardoise pour arriver au Pic de Malrif.

La vue à 360° est sublime !

Nous continuons pour le plaisir la crête en direction du col de Malriftout court – puis grimpons encore un peu en direction nous du Grand Glaiza, entièrement enneigé, qui était initialement notre objectif. Ce sommet de quasiment 3300m d’altitude composé d’une crête puis arête sommital sera pour une autre fois au regard des conditions de chute de neige récente, il faut savoir être raisonnable en montagne ! Le fait de se rapprocher permet d’obtenir une vue imprenable sur tous les sommets environnants !

Pour le retour, nous retournons au pic de Malrif pour prendre la sente qui surplombe le lac en descendant, cela permet de faire un petit circuit et éviter de retourner au col du petit Malrif.

Nous arrivons au pied du lac et l’itinéraire pour la suite sera le même qu’à l’aller !

Aucun troupeau et chien de protection à signaler en revanche aux abords de la bergerie lors de notre descente.

Un bel itinéraire dans le massif du Queyras qui mérite de l’attention, encore plus car une fois encore nous étions seuls au monde et quel bonheur de profiter de ces vastes espaces dans ces conditions !

Le Pic de Malrif et le lac de Grand Laus avec un chien

Vous pouvez également aimer :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *