Chaîne de l’Épine – Savoie 73


  • 1040D+
  • 9km
  • Au départ de Bourdeau
  • Pas de point d’eau
  • Pas de troupeau
  • Niveau : difficile – très raide

29 novembre 2020. Ce jour, on a voulu tenter une nouvelle alternative à cet incontournable savoyard sur le bassin du lac du Bourget. Pour se garer, il faut prendre le rond-point qui mène au col du Chat comme si on y allait et dans le premier virage se garer vers les immeubles. On remonte à pied sur 200m et on prend à gauche – non, pas l’allée chez les gens -. Le début est difficilement repérable, on s’oriente à vue dans les cailloux et la forêt en essayant de rattraper le sentier visible sur la carte.

Nous voilà sur un vieux sentier de traverse qu’on a clairement cru abandonné pour découvrir au final un récent marquage orange fluo à côté du jaune – décrépi – qui semble être un destiné au trail. La montée serpente entre caillasse, broussaille et arbres, nous entrons dans la forêt.

Pour la vue, faut imaginer !

On est clairement sur du kilomètre vertical les trois quart de la randonnée. Deux belles grottes à découvrir sur le parcours, à savoir qu’il s’agit de “la grotte Parin” même si celle-ci semble être sur la carte beaucoup plus bas et à droite qu’elle ne l’est réellement. Pour l’histoire, c’est la fameuse grotte dans laquelle se serait réfugiée la bête qui donne son nom au sommet de la Dent du Chat. Il faut quitter le sentier – voir les photos – pour monter 100m plus haut et découvrir la très grande cavité. Pour info, il y a une belle cache de Geocaching – chasse au trésor des temps modernes – planquée dans les environs !

La raideur des sentiers se suffit à elle-même pour indiquer qu’il faut avoir le pied chamois pour cette sortie, à cela nous avons ajouté des conditions difficiles : le brouillard à couper au couteau, le givre, les feuilles qui s’enfoncent jusqu’aux molets par endroit, même Helly ne savait plus où donner de la patte par endroit.

On retrouve notre sentier après avoir visité la grotte – je rigole, on est resté à l’entrée, on est pas là pour faire de la spéléo – et on se dit : bon, même s’il fait un temps pourri, autant monter jusqu’au Molard Noir maintenant qu’on est là !

Du coup – puisqu’on aime souffrir – on monte au lieu de redescendre ! Direction le Roc Blanc par le sentier à peu près marqué et nous voilà arrivées au col de la Vacherie on mentirait si on disait qu’on s’y attendait – et donc de retour sur la voie normale menant aux deux sommets précités.

La suite ressemble à notre autre topo sur la Dent du Chat et le Molard Noir à deux différences près : il fait franchement moche et on choisit d’éviter de monter à la Dent en raison des échelles, on a pas pris le matériel nécessaire pour Helly. Il y a tout de même deux passages chainés pour arriver au sentier des 4 chemins puis trois quatre autres pour le sommet, sans trop de difficultés mais qui nécessitent une vigilance particulière.

Une des mains courantes

La grosse surprise de la sortie c’est la mer de nuages qu’on surplombe en arrivant au Molard ! Quelle belle récompense après ces conditions dantesques !

Et voilà la vue sur le lac du Bourget sans les nuages !

Le retour se fera plus facilement pour nous, ayant la chance de vivre à proximité : allô les voisins, vous viendrez pas nous chercher au relais du Chat en voiture ? Merciiii !

Et oui, pour éviter la descente, il suffit de garer une seconde voiture au parking du relais ou au virage D42 juste en dessous. Cela permet de terminer sa randonnée en 20 minutes à compter du sommet, sur du quasi plat. Et ça, c’est le bonheur !

Carte à titre indicatif pour le tracé car erronée en termes de dénivelation et kilométrage. Nous avons repris la voiture au sommet du relais du Chat, il est possible de redescendre en suivant le GR sur la carte.

Le Molard Noir par Bourdeau et la grotte Parin avec un chien

Vous pouvez également aimer :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.