Massif de l’Oisans – frontière entre l’Isère 38 et les Hautes-Alpes 05


  • 860D+
  • 16km
  • Au départ du plateau d’Emparis
  • Pas de troupeau
  • Point d’eau sur le parcours
  • Niveau : moyen

Comment s’y rendre ?


9 octobre 2021. Après un premier passage au Plateau d’Emparis quelques jours plus tôt par temps orageux, nous revoilà en famille pour l’ascension du dernier 3000 de cette saison avant l’arrivée de la neige en masse.

Nous nous garons au Col Saint Georges après avoir emprunté durant 23 minutes – précisément Messieurs Dames – une route carrossable qui reste praticable pour tout véhicule à condition de rouler tranquillement. Ce parking a des toilettes sèches – non négligeable – et constitue le départ de nombreuses randonnées de tout niveau.

Nous prenons à gauche en direction de la croix et du refuge sur la route carrossable puis en empruntant un sentier bien tracé.

Nous allons marcher longuement dans cette immense plaine qui porte bien son nom : le plateau d’Emparis, il est plat. Très très très plat.

Cela insinue nécessairement qu’après avoir marché 5 kilomètres sur du plat – c’est bon vous avez compris – va bien falloir grimper et c’est ce qui fait toute la particularité de ce sommet : le dénivelé positif se concentre majoritairement sur la fin de la randonnée, grosso modo 630D+ pour 2,2kmoui les matheux, on est d’accord, ça va piquer les cuissots -.

Au panneau, nous avons pris à gauche comme indiqué. Cela étant dit, c’est plutôt une mauvaise idée et il vaut mieux suivre la direction du Chazelet et de la baraque de la Buffe par la droite – ce qui a été notre sentier de retour – : le premier sentier longe par le bas le ruisseau et s’effrite sans réel chemin alors que le second est bien marqué sans doute possible jusqu’au sommet. Il suffit de traverser le cours d’eau et de remonter, cela contourne un petit dôme par la droite et pleine face jusqu’au sommet !

Nous voilà dans le vif du sujet : on commence la montée dans l’herbe puis nous arrivons rapidement dans un terrain schisteux. Dans notre dos, la Meije, territoire adulé des alpinistes, s’impose de plus en plus pour notre plus grand plaisir !

Histoire de vous préparer psychologiquement, le dôme que vous voyez et que vous allez bientôt atteindre, c’est pas – encore – le sommet, malgré le cairn très imposant qui surplombe le vallon. Une fois en haut, il faut continuer sur une crête puis une petite arêtetrès facile d’accès et aucune difficulté pour les chiens -.

La neige s’invite sur notre parcours sur les 50 derniers mètres sans nous poser de soucis pour autant.

Et le sommet, franchement pas large, offre un panorama grandiose à 360° degrés, ce genre de sommet qui donne l’impression d’avoir changé de pays – on croirait presque voir des orques débarquer dans le Seigneur des Anneaux, vous voyez le délire -.

On redescend tranquillement par le même itinéraire – enfin pas vraiment vu ce que j’ai dit plus tôt mais vous avez compris – et c’est reparti pour cette longue marche jusqu’au col Saint Georges.

On en a pris plein les yeux sur ce sommet qui reste très facilement accessible pour un 3000m !

Le Pic du Mas de la Grave avec un chien

Vous pouvez également aimer :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *