Vosges – Haut-Rhin


  • 547D+
  • 7,5km
  • Au départ de Hirzenstein
  • Pas de troupeau
  • Un point d’eau : ruisseau
  • Niveau : moyen – passages raides et à flanc de forêt

Comment s’y rendre ?


17 novembre 2022. Ce jour, nous allons découvrir un lieu empreint d’Histoire puisqu’il a été le théâtre de nombreux affrontements en 1915 lors de la Première Guerre Mondiale avec une perte humaine s’élevant à 50 000 morts. Après avoir traversé la commune de Wattwiller, on va se garer aux abords des thermes de Hirzenstein – complètement improbable de tomber sur ce complexer hôtelier ici, ce qui peut occasionner un peu de monde au départ -.

On s’oriente sur les panneaux d’informations du club vosgien pour emprunter par la suite une route carrossable forestière à droite d’un transformateur électrique. On va suivre d’abord le triangle jaune en direction de la Suisse Lippique. On découvre des premiers vestiges type bunker – qui sont allemands, pour votre culture – pour traverser un ruisseau et au carrefour en T, on prend à gauche, toujours en suivant le triangle jaune en direction de la Suisse Lippique – et on a bien aucune idée de ce que ça signifie -.

Après un virage à droite, on va tomber sur les premières tranchées de la Suisse Lippique avec des panneaux d’information. Ceux-ci d’ailleurs vous encouragent à éviter le secteur qui est un peu escarpé mais c’est bien par les tranchées que nous allons remonter. Pas trop de doute sur la direction à prendre du coup en suivant les nombreux triangles jaunes présents pour vous orienter – encore que, parfois ils partent de chaque côté mais a priori tous les chemins mènent à Rome, en tous les cas à notre objectif final -. Un rocher fortifié dont l’exploration est possible permet de grimper au dessus pour avoir un premier point de vue sur la plaine d’Alsace. On va bientôt arriver en suivant toujours les triangles jaunes sur un sentier à flanc de forêt pour rejoindre un carrefour plus plat et remonter à gauche.

Encore des tranchées à remonter par le biais de la “tranchée de l’échelle” pour tomber sur un premier monument aux morts. On va poursuivre en grimpant sur la ligne de crête avec un sentier de mémoire – cercle rouge – qui permet de découvrir l’histoire du champ de bataille du Hartmannswillerkopf. Le mémorial du 152ème est très impressionnant.

On va remonter sur la ligne de crête pour gagner la croix que l’on voit de loin et avoir une vue imprenable sur l’Alsacedu coup, on comprend la position stratégique et les enjeux de la domination de ce poste en temps de guerre -.

On revient légèrement sur nos pas pour suivre le cercle rouge en direction de la seconde croix dite lumineuse qui marque la limite des lignes de front françaises. On va donc emprunter ces dernières – toujours sur le cercle rouge – on change rien – vers le Rocher Sermet et surtout le col de Silberloch, c’est à dire la Nécropole où sont enterrés un grand nombre de soldats.

On est partis sur la gauche sans rentrer dans le cimetière avec les chiens pour remonter jusqu’à mi-hauteur puis prendre une sente à gauche qui descend – rond jaune -. On descend jusqu’au pont que l’on traverse pour prendre le sentier tout de suite à droite, toujours en rond jaune. De là, on va poursuivre vers Hirzenstein, vers l’impasse des Alpins et le chemin des Dames en lâchant le balisage jaune pour un triangle rouge ouai, faut avouer que c’est pas évident de s’y retrouver -. Au prochain carrefour, on prend à gauche le chemin qui descend puis on finira en suivant le triangle rouge et le rond bleufallait bien qu’un petit dernier se rajoute sur la fin – !

De là, tout droit pour retomber sur le complexe hôtelier et retrouver le parking. Une sortie à connotation historique très intéressante pour découvrir le massif des Vosges et la vue sur les plaines environnantes alsaciennes !


Hartmannswillerkopf ou les tranchées Sud du Vieil Armand avec un chien

Nos partenaires

Nous sommes fiers et heureux de collaborer avec CIMALP, équipementier outdoor pour les sports de montagne, HARDLOOP, revendeur d’équipements de plein air, MAMMUT France, marque iconique d’équipements pour les amoureux des hautes cimes et enfin K-IP, la balise de sécurisation des pratiques outdoor !

Clique sur les logos pour plus d’infos 🙂

Vous pouvez également aimer :

2 commentaires

  1. Fait il y a 10 ans à partir du grand cimetière (que tu as fait vers la fin). Impressionnant de voir comme la nature à garder les stigmates de cette époque tourmentée. J’avoue que je ne suis pas restée longtemps , mise mal à l’aise par l’ambiance mortifère du lieu:( . Je suis assez sensible à ces ambiances (même ressentie en visitant Oradour sur Glâne et le Musée de la résistance du Mont Mouchet en Lozère).

    1. Oh je te comprends !! On est sensibles aussi à ce type de visite historique qu’on apprécie à leur juste valeur pour l’apprentissage qu’on en retire ! On a eu l’occasion de voir les camps d’Auschwitz Birkenau par exemple, ça nous a pris aux tripes !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *