Beaufortain – Savoie 73


  • 667D+
  • 18km – 12km si possibilité de se garer au point de départ initial
  • Au départ du lieu dit la Grande Maison
  • En raquettes
  • Points d’eau sur le parcours
  • Niveau : facile à moyen – long
  • Attention : alpage interdit aux chiens entre le 15 juin et le 15 septembre par arrêté préfectoral

Comment s’y rendre ?


Dimanche 17 avril. Ce week-end de Pâques, météo estivale, nous partons en convoi de nanas en direction du lieu dit la Grande Maison, après la commune de Petit Coeur. Première donnée qui ne saurait vous déplaire : la longueur de votre rando dépendra de l’enneigement de la route. Pour info, en février on s’était embourbés à 7km du départ initial – non non, c’est pas une blague -. Du coup finalement, le fait de ne rester bloquer cette fois-ci qu’à 3km du départ, c’était plutôt une bonne nouvelle !

Chargées comme des mulets, nous remontons la route encore fort enneigée pour ce milieu de printemps en longeant le ruisseau de Bizard. Quelques chalets plus loin, nous voilà à la patte d’oie qui aurait dû être notre point de départ initial – ne pleurez pas, c’est que le début – avec un magnifique panneau 25km/h – je sais qu’on est rapide mais quand même – en direction de l’alpage de Feissons.

Commence un long cheminement en forêt avec pour seul objectif le prochain virage puisque la vue se résume aux sapins environnants. A noter tout de même qu’il s’agit là d’un coin connu pour sa meute de loupspas de panique, vous n’êtes pas perçu comme un excellent 4H pour eux – mais nous n’en apercevrons pas lors de notre ascension – en même temps avec 3 malinois et 3 humaines qui papotent, ça aurait été miraculeux de refaire un face à face comme au glacier de Rhêmes-Golette -.

Nous sortons enfin de la forêt pour atteindre le chalet de Bizard, qui est fermé au public. Le panorama devient bien sympathique. Nous le dépassons de quelques mètres par le haut pour prendre l’épingle vers la droite. Le sentier se laisse deviner malgré la neige et l’absence de traces puisque nous empruntons probablement un large chemin carrossable.

Nous arrivons sur la seule partie demandant une attention particulière, 200m de sentier à flanc pouvant être avalancheux. C’est le seul moment où nous avons enclenché nos ARVA mais très honnêtement nous n’avons observé aucune précédente coulée à notre passage. En cas d’absence d’équipement, on conseille simplement de franchir le passage de manière espacée entre les marcheurs.

La suite se déroule sans encombres pour atteindre rapidement le chalet du Retord, première magnifique cabane au confort franchement exceptionnel ! Malheureusement pour nous, on fera la connaissance de deux vieux aigris ayant pris possession des lieux quelques minutes auparavant et pour qui la présence des chiens étaient intolérables. Une mise au point plus tard sur la loi – toujours un plaisir immense de leur mettre le nez dans leur propre mépris -, nous faisons le choix de continuer notre route vers la cabane suivante que nous avions repérée en plan B – puisque la nuit aurait été bien moins agréable en compagnie de ces deux énergumènes – qui n’est qu’à 1,3km de cette dernière et 22D+. A savoir que le chalet du Retord est utilisé en période estivale par les bergers mais de toute façon du 15 juin au 15 septembre l’alpage est interdit aux chiens.

Nous arrivons très rapidement sur notre palace 5 étoiles à la cabane du Plan du Jeu avec cheminée, table et chaises et même matelas à l’étage plutôt en bon état pour certains. Attention, il n’y avait plus de petits bois à notre arrivée et nous avons du faire preuve d’imagination pour allumer un feu avec les moyens du bord.

Une bonne soirée plus tard – avec chocolat et génépi, on change pas les bonnes habitudes -, le panorama au réveil est sublime !

Nous rejoignons le lac du Plan du Jeu une centaine de mètres derrière en quelques minutes, en pleine fonte pour ce mois d’avril.

Après avoir bien profité de la beauté des lieux, nous voilà reparties en sens inverse par le même itinéraire. Nous ne croiserons personne – excepté les deux excités de la première cabane – sur l’ensemble de la rando, ce qui n’a rien d’étonnant pour ces coins reculés du Beaufortain qui permettent de profiter de la montagne loin des foules de certains massifs/spots.

On va pas se mentir, les 3km de surplus, on les sent passer bien plus au retour qu’à l’aller – une histoire d’excitation, tout ça tout ça – mais on rentre au bercail heureuses et ressourcées – et courbaturées avec des sacs de 13kg sur le dos mais ça, c’est un détail -.

Une belle sortie qu’on recommande “été comme hiver” – en fonction des dates de l’arrêté – pour profiter d’une nuit en cabane et de beaux paysages alpins !

Download file: Lac du Plan du Jeu et cabane 17 avril 2022.gpx

Le lac du Plan du Jeu avec un chien

Vous pouvez également aimer :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Enable Notifications    OK No thanks